Créer mon blog M'identifier

Confession d'une Conseillère Bancaire

Le 14 novembre 2014, 23:45 dans Humeurs 3

Ah qu'il était beau le temps ou pleine de dynamisme, d'envie et de naiveté j'entrais dans la vie active.

Je n'ai pas choisit la banque mais une première expérience m'a bien plu et j'ai récidivé pour un CDI.

J'aimais ce côté commercial et je me suis dit "non mais là ce sera vraiment plus du conseil"... Pauvre c... va!

En interne, on appelle ça la politique de l'entreprise. Chaque entreprise en a une, mais alors là c'est le ponpon!

Aujourd'hui j'ai reçu madame M. Elle n'est pas cliente de la banque mais souhaite le devenir. Notre offre de prêt auto l'intéresse, nous constituons un dossier. Je l'informe que le dossier nécessite une étude mais que je la recontacte très rapidement pour l'a tenir au courant.

La journée passe, et vers 16h30, notre vénérable Directeur d'agence daigne montrer le bout de son nez. Uné énième réunion entre Directeurs, arrosée au pinard conformément à la coutume. Je lui demande si il est disponible pour un dossier à voir avec lui. Pas de soucis, il pose son manteau , je vais chercher le dossier de Madame M et nous nous rejoignons dans son bureau.

Je lui explique que madame M est une nouvelle cliente et qu'elle sollicite un prêt dont la décision finale relève de sa délégation. Je lui expose la situation de la cliente: elle est salariée, en cdi depuis 4 ans, au niveau de l'endettement, tout est ok. Il me dit, que oui à priori, ça ne pose pas de difficultés, si on peut l'accompagner dans ses projets, allons y!

Ma brève présentation s'arrête là. Il demande à voir le dossier quand même. Il l'ouvre. Et je le vois s'attarder sur la première page. La photocopie de le pièce d'identité de la cliente. S'en suit un "Ah ouai!". Et là fusent les questions: t'as vu ses trois derniers relevés de comptes de son autre banque? Elle gère bien ses comptes? Elle a de l'épargne?

Je ne comprends pas ce changement de situation. Au début je me suis dit qu'il l'a connaissait. Je lui demande où est le problème. "Le problème c'est que je m'en méfie, je peux pas les blairer!". Je reste scotchée. Oui Madame M. est ...noire.

Je lui réponds "ben, c'est dégueulasse. Je l'ai rencontré en rdv, on a regardé le fonctionnement de ses comptes, rien à dire. Elle n'épargne pas mais je lui ai proposé de mettre une somme de côté tous les mois ne serait-ce que pour les imprévus. Mais c'est quelqu'un de sérieux je pense."

Il me rétorque "ça se voit que t'as pas travaillé dans les agences du centre  (sous entendu du centre ville). T'as que ça! Bon aller on y va, je te valide ton dossier."

Je suis restée conne! Je n'arrivais pas à réaliser ce que je venais d'entendre. J'ai sorti un "ah merci" sans conviction et je suis sortie de son bureau le dossier sous le bras.

Quand j'en ai parlé à trois de mes jeunes collègues mais ayant plus d'ancienneté que moi dans l'agence. Ils le savaient déjà. Genre "oui oui, on sait on sait, il nous a fait le coup sur des dossiers avec des gens dont le nom avait une consonnance éloignée. C'est dégueulasse mais c'est comme ça! Faut passer à autre chose. Ne dis rien."

J'avais juste envie de chialer! Ce genre de chose est normal dans un établissement bancaire??? De la part de gens censés représenter l'entreprise. Ca veut dire quoi, c'est ça, la politique de mon entreprise, de la banque dans laquelle je travaille??? Désillusion, bonjour! J'ai juste envie de chialer!

Confession d'une conseillère bancaire

Le 14 novembre 2014, 23:35 dans Humeurs 0

Ah qu'il était beau le temps ou pleine de dynamisme, d'envie et de naiveté j'entrais dans la vie active.

Je n'ai pas choisit la banque mais une première expérience m'a bien plu et j'ai récidivée pour un CDI.

J'aimais ce côté commercial et je me suis dit "non mais là ce sera vraiment plus du conseil"... Pauvre c... va!

En interne, on appelle ça la politique de l'entreprise. Chaque entreprise en a une, mais alors là c'est le ponpon!

Aujourd'hui j'ai reçu madame M. Elle n'est pas cliente de la banque mais souhaite le devenir. Notre offre de prêt auto l'intéresse, nous constituons un dossier. Je l'informe que le dossier nécessite une étude mais que je la recontacte très rapidement pour l'a tenir au courant.

La journée passe, et vers 16h30, notre vénérable Directeur d'agence daigne montrer le bout de son nez. Uné énième réunion entre Directeurs, arrosée au pinard conformément à la coutume. Je lui demande si il est disponible pour un dossier à voir avec lui. Pas de soucis, il pose son manteau , je vais chercher le dossier de Madame M et nous nous rejoignons dans son bureau.

Je lui explique que madame M est une nouvelle cliente et qu'elle sollicite un prêt dont la décision finale relève de sa délégation. Je lui expose la situation de la cliente: elle est salariée, en cdi depuis 4 ans, au niveau de l'endettement, tout est ok. Il me dit, que oui à priori, ça ne pose pas de difficultés, si on peut l'accompagner dans ses projets, allons y!

Ma brève présentation s'arrête là. Il demande à voir le dossier quand même. Il l'ouvre. Et je le vois s'attarder sur la première page. La photocopie de le pièce d'identité de la cliente. S'en suit un "Ah ouai!". Et là fusent les questions: t'as vu ses trois derniers relevés de comptes de son autre banque? Elle gère bien ses comptes? Elle a de l'épargne?

Je ne comprends pas ce changement de situation. Au début je me suis dit qu'il l'a connaissait. Je lui demande où est le problème. "Le problème c'est que je m'en méfie, je peux pas les blairer!". Je reste scotchée. Oui Madame M. est ...noire.

Je lui réponds "ben, c'est dégueulasse. Je l'ai rencontré en rdv, on a regardé le fonctionnement de ses comptes, rien à dire. Elle n'épargne pas mais je lui ai proposé de mettre une somme de côté tous les mois ne serait-ce que pour les imprévus. Mais c'est quelqu'un de sérieux je pense."

Il me rétorque "ça se voit que t'as pas travaillé dans les agences du centre  (sous entendu du centre ville). T'as que ça! Bon aller on y va, je te valide ton dossier."

Je suis restée conne! Je n'arrivais pas à réaliser ce que je venais d'entendre. J'ai sorti un "ah merci" sans conviction et je suis sortie de son bureau le dossier sous le bras.

Quand j'en ai parlé à trois de mes jeunes collègues mais ayant plus d'ancienneté que moi dans l'agence. Ils le savaient déjà. Genre "oui oui, on sait on sait, il nous a fait le coup sur des dossiers avec des gens dont le nom avait une consonnance éloignée. C'est dégueulasse mais c'est comme ça! Faut passer à autre chose. Ne dis rien."

J'avais juste envie de chialer! Ce genre de chose est normal dans un établissement bancaire??? De la part de gens censés représenter l'entreprise. Ca veut dire quoi, c'est ça, la politique de mon entreprise, de la banque dans laquelle je travaille??? Désillusion, bonjour! J'ai juste envie de chialer!

 

 

L'échec

Le 19 août 2014, 16:46 dans Humeurs 0

"Pourquoi t'es triste?"

La petite voix me fait sursauter. Je manque mon élan et fini les fesses à terre. Je ne suis pas seule ici? Il n'y a personne pourtant. C'est pour ça que j'avais choisit l'endroit. J'ai des palpitations, je ne m'attendais pas à être interrompue.

"Hein? Pourquoi t'es triste? C'est dangereux ici, tu es beaucoup trop près du bord tu sais?"

Je me retourne. Une petite fille était assise sur un rocher non loin derrière moi.

"Tu m'as fait peur! Depuis quand tu es là?" lui dis-je.

"Comme toi!  J'ai vu que tu étais triste, pourquoi?"

Je regarde rapidement autour et je ne vois personne d'autre. Peut-être une ballade en famille pas loin dont la petite fait partie.

"Que fais tu là, tu es toute seule?" 

"Ben biensure que non tu es là toi!"

"Ok, mais tes parents sont où? Si ça se trouve ils te cherchent?"

"Non, ils savent que je suis là ne t'inquiètes pas je t'ai vu alors je suis venue m'assoire là, c'est joli ici"

"T'es sure t'es pas perdue?"

"Mais non je te dis! Et toi qu'est ce que tu fais là?"

"Je...prenais l'air"

"Je peux rester là?"

"Si tu veux."

Je me rassois près du bord du précipice. Je reste silencieuse. La petite a cassé mon voyage.

"Tu ne m'as pas dit pourquoi t'es triste?"

"Euh... disons que ma vie est brouillée. Comment tu t'appelles?"

"Devines"

"Humm je sais pas."

"Je n'aime pas mon prénom. Si j'avais pu choisir j'aurai aimé avoir le nom d'une étoile"

"D'une étoile, quoi? genre grande ourse, grande ou petite casserole?"

"Hum c'est pas des prénoms ça, appelle moi comme tu veux, je m'en fiche."

"Très bien, à priori je dirai petite casserole mais je vais t'appeler petite étoile, ça te va?"

"Pourquoi tu dis que ta vie est brouillée?"

"Oh des problème de grands, c'est une expression tu sais. T'es trop petite pour comprendre"

"J'ai 7 ans! Je suis grande et je ne suis pas stupide!"

"Non, c'est pas ça, c'est compliqué"

"Ah, tu sais moi aussi ma vie est brouillée!"

J'exquisse un sourire. "T'as vie brouillée, non, pourquoi?"

"Je sais pas, difficile à t'expliquer, j'ai peur de mourir des fois"

"Pourquoi veux tu mourir? T'es sure que ça va? Je vais te raccompagner, il fait nuit maintenant,où sont tes parents?"

"Non ça va t'inquiètes, je vais rentrer, je ne suis pas loin."

Elle se lève, redresse ses cheveux blonds coiffés en queue de cheval et commence à s'éloigner.

"Ne sois plus triste!" me dit-elle en me faisant un signe de la main.

Je me lève ausstôt pour la suivre du regard. Pas très rassurant de voir une petite fille seule comme ça.

Je fût vite rassurée en entendant une voix féminine au loin la réprimander "T'étais où, j'aime pas quand tu t'éloignes comme ça, on rentre!".

"Oui maman."

Il faisait presque trop nuit pour rester seule ici, je garde en tête le but de ma venue mais je rentre aussi. Ma voiture est garée à cinq minutes sur le bas côté de la route, j'y vais.

 

 

 

Voir la suite ≫